03.07.2012
  |  Télécharger
 

Alors que la crise bouleverse le rapport des Français à leur argent depuis quelques années déjà, TNS Sofres a réalisé pour ING Direct un Observatoire de cette relation clé qui impacte la consommation, les rapports sociaux ou encore le rôle attendu d'une banque. La toute première étude consacrée à cette thématique analyse les aspirations des Français et le rôle que joue l'argent dans leur vie.

Avec la crise, le rapport des Français à l'argent évolue

Les difficultés économiques et les incertitudes sur l'avenir engendrées par la crise ont un effet majeur sur la vie des Français : 81% des Français se recentrent sur leur famille proche, une de leurs 3 priorités et souhaitent lui consacrer plus de temps (51%). Ensuite viennent les amis pour 40% d'entre eux, la famille au sens large pour 33% et le travail/les études pour 22%.

  • Un phénomène de société clé qui transforme leur relation à l'argent. Il s'agit pour eux d'aborder l'avenir à travers des projets concrets favorisant la vie quotidienne et le foyer : 2/3 d'entre eux souhaitent embellir leur intérieur ou renouveler leur équipement de la maison.
  • Dans ce contexte, les Français valorisent davantage l'argent : entre temps et argent, 61% d'entre eux choisissent l'argent.
  • Avec plus d'argent (20% en plus), 66% des Français amélioreraient leur quotidien et 35% épargneraient.

Le tabou de l'argent se déplace vers l'épargne

Si l'argent est au cœur des préoccupations des Français, il reste un tabou : si 86% estiment qu'on ne devrait pas en avoir à ce sujet, ils sont 83% à déclarer qu'on a du mal à parler d'argent en France. Notamment pour l'épargne.

Parler d'épargne reste en effet un tabou qui a même tendance à se renforcer avec la crise...

  • 64% des Français considèrent qu'il n'est pas facile de parler de l'argent que l'on met de côté
  • 1 Français sur 5 en parle moins souvent et moins facilement depuis la crise (vs 1 sur 25 qui en parle plus souvent et plus facilement).

… alors que dans le même temps, épargner est une valeur sûre pour les Français.

  • c'est à dire un moyen de protéger ses proches et soi-même (95%),
  • de réaliser ses projets (90%),
  • et de se sentir responsable (84%).

En parallèle, les Français parlent facilement de leurs dépenses courantes (86%), de leur loyer et mensualités de prêt immobilier (79%), de mensualités de remboursement d'un crédit à la consommation (66%) ou de leur salaire (62%).

Les Français et leur banque : une relation désenchantée

Une relation distante s'installe entre les Français et leur banque. En effet, pour leurs projets, la banque est plus considérée comme un passage obligé (38%) qu'une solution (22%) ou un partenaire (20%). En outre, le monde bancaire ne répond pas suffisamment à leurs attentes de clarté, de transparence et d'information.

  • 87% des Français souhaitent plus de clarté sur les tarifs ;
  • 75% sont demandeurs de plus d'informations pour gérer leur argent au quotidien.

Étude réalisée online du 29 mars au 2 avril 2012 pour ING Direct auprès de 2025 individus âgés de 18 ans et plus, représentatifs de la population française. En deux études : une étude qualitative sous forme de blogs et une étude quantitative.