26.04.2010
  |  Télécharger
 

Produire en France et acheter français : un moyen de soutenir la croissance et l’emploi

Des entreprises françaises qui, au-delà des exigences du marché, doivent prendre leurs responsabilités économiques et produire sur le territoire

Une très nette majorité de Français (88%) estime en effet que les entreprises françaises doivent produire prioritairement en France pour soutenir la croissance et l’emploi. Seuls 10% des personnes interrogées considèrent que les entreprises françaises doivent produire là où les coûts sont les plus bas pour résister à la concurrence internationale.

L’Etat tout à fait légitime à intervenir

Une très grande majorité des Français (85%) considère que le rôle de l’Etat est d’encourager les entreprises à produire en France par des aides à la relocalisation et la création d’un label « made in France » contre seulement 13% qui estiment que le rôle de l’Etat est de respecter les règles de la libre concurrence en laissant les entreprises produire là où elles le souhaitent. Ce point de vue, là encore partagé par l’ensemble de la population et aussi bien auprès des sympathisants de droite (85%) que des sympathisants de gauche (86%),  l’est encore plus auprès des cadres et professions intellectuelles (94%, +9 points par rapport à la moyenne). Notons toutefois que les jeunes de 18 à 24 ans, bien qu’ils partagent majoritairement cette idée, semblent néanmoins plus mesurés : en effet, si 68% d’entre eux pensent que l’Etat doit intervenir dans ce domaine, près d’un tiers (32%, + 19 points par rapport à la moyenne) soutient en revanche l’option la plus libérale.

Des consommateurs sensibles au patriotisme économique

A fortiori et dans un contexte de crise marqué par une préoccupation très forte à l’égard de l’emploi, 95% des personnes interrogées déclarent que le fait qu’un produit soit fabriqué en France est une façon, quand on l’achète, de se dire que l’on soutient l’emploi en France dont 71% qui s’estiment tout à fait d’accord avec ce point de vue. Cette opinion, partagée par l’ensemble des catégories de la population et transcendant les clivages gauche / droite, est toutefois plus marquée chez les personnes âgées de 50 ans et plus (99%, + 4 points par rapport à la moyenne) que chez les jeunes de 18 à 24 ans (81%, - 14 points).

Des Français sensibles au savoir-faire français

De façon cohérente avec les résultats précédents, tous les indicateurs soulignent combien l’origine française des produits achetés ou consommés a de l’importance aux yeux des Français et est susceptible d’être prise en compte dans les décisions d’achat de certains produits.

Pouvoir identifier l’origine française des produits est considéré comme très important pour deux tiers des Français

95 % des Français estiment important, dont 65 % très important, que les entreprises indiquent aux consommateurs si leurs produits ont été ou non fabriqués en France. Si la mention de l’origine française sur les produits est importante pour les jeunes (89%) comme pour les plus âgés (95%), ces derniers sont près des trois quarts (76% des 50-64 ans et 73% des 65 ans et plus) à la juger très importante contre tout juste un peu plus d’un tiers chez les 18-24 ans (36%).

Le « fabriqué en France » : un critère auquel les Français sont sensibles et qui peut s’avérer déterminant pour certains

Le fait de savoir si le produit a été fabriqué en France semble compter dans la décision d’achat des produits alimentaires. En effet, une très large majorité de Français (93%) déclare que cette information compte dans la décision d’achat dont 79% qui estiment même que cela compte beaucoup.

Que les vêtements (74%), les produits électroménagers (74%) et les voitures (72%) soient produits en France compte également dans la décision d’achat pour près des trois quarts des personnes interrogées. On notera tout de même que l’impact sur la décision d’achat semble moins fort sur ces catégories de produits puisque les personnes interrogées ne sont respectivement que 39%, 38% et 45% à déclarer que cela compte beaucoup.

L’impact du « Fabriqué en France » dans la décision d’achat de ces différents produits doit toutefois être relativisé dans la mesure où les personnes interrogées se prononcent sans doute plus sur une sensibilité n’étant pas directement confrontées à l’acte d’achat où la question du prix constitue une autre variable déterminante.

Notons que sur l’ensemble des types de produits testés et en particulier sur les voitures, les vêtements et de manière encore plus nette sur les produits électroménagers, l’impact du « fabriqué en France » dans la décision d’achat s’avère relativement plus modéré auprès des jeunes de 18 à 24 ans. En effet, ces derniers ne sont qu’environ un sur deux à estimer que cela compte dans la décision d’achat des voitures (53% dont 32% compte beaucoup) et des vêtements (50% dont 14% compte beaucoup) et seulement 46% (dont 10% compte beaucoup) en ce qui concerne l’électroménager contre une majorité (54%) qui déclare que cela ne compte pas.

La fabrication française : un gage de qualité et de respect de normes sociales et environnementales

Neuf Français sur dix… :

  • considèrent que c’est un gage de qualité (91% dont 53% oui, tout à fait)
  • estiment que c’est une garantie que le produit a été fabriqué par une entreprise respectant une réglementation qui protège les salariés (90% dont 59% oui, tout à fait)
  • déclarent que c’est un gage de meilleur respect de l’environnement compte tenu de la limitation des transports et du respect de la réglementation française (89% dont 57% oui, tout à fait).  Les jeunes se démarquent ici encore du reste de la population puisqu’ils sont moins nombreux à être persuadés des apports de la fabrication française : en effet, 80% (-10 points par rapport à la moyenne) d’entre eux estiment que c’est un gage de qualité, 74% (-16 points) que c’est une garantie que le produit a été fabriqué par une entreprise respectant une réglementation qui protège les salariés et enfin 79% (-10 points) que c’est un gage de meilleur respect de l’environnement.

Sondage réalisé par téléphone du 30 au 31 mars 2010 pour le Ministère de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi, auprès d'un échantillon national de 980 personnes, représentatif de l'ensemble de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage PCS) et stratification par région et catégorie d’agglomération.