02.02.2016
  |  Télécharger
 

Le baromètre sur la confiance des Français dans les médias réalisé tous les ans par TNS Sofres pour La Croix décrit l'évolution de la pratique et la consommation d'informations chez les Français, ainsi que la perception du traitement qu'ont fait les médias des principaux événements de l’année. 

L'intérêt pour l'information et la crédibilité des medias : Retour à la normale

Le baromètre 2015 des Français et des médias pour La Croix réalisé dans des circonstances exceptionnelles pendant les attentats du mois de janvier, avait fait ressortir une amélioration remarquable de l’intérêt des Français pour les médias, ainsi que leur crédibilité. Le baromètre 2016 voit ainsi un retour à la normale, avec un niveau de confiance semblable aux années antérieures sauf pour internet. La hiérarchie des médias à qui les Français font le plus confiance reste inchangée : la radio en tête avec 55% de crédibilité (-8 points), suivi par le journal avec 51% de crédibilité (-7 points), la télévision avec 50% (-7 points) et enfin internet avec 31% (-8 points).

Question : En général, à propos des nouvelles que vous lisez/voyez/entendez dans un journal/ à la radio/ à la télévision/ sur internet est-ce que vous vous dites : les choses se sont passées comme… les raconte :

2016.02.02-confiance-medias-visuel1.png

Au total, l’intérêt des Français pour les médias qui  reste à un niveau très élevé, est fortement structuré selon l’âge : 70% des Français sont intéressés par l’actualité, avec seulement 60% des moins de 35 ans  contre 77% des plus de 65 ans.

Le paradoxe d'Internet

Au moment où internet transforme en profondeur les habitudes de la planète, le média internet est l’objet d’un paradoxe dans l’opinion française.

Alors qu’internet est devenu le second moyen d’information privilégié par les Français, 20% d’entre eux sont d’abord informés par internet, (-2 points), derrière la télévision (54%, -1 point), c’est également celui qui leur inspire le moins confiance : 31% seulement des Français pensent que les choses se sont passées comme internet les raconte. C’est aussi le plus bas niveau de confiance depuis janvier 2008.

On notera à nouveau une fracture générationnelle sur la consommation de médias : 38% des moins de 35 ans s’informent principalement par internet, contre 20% au total.

Le traitement médiatique des attentats jugé satisfaisant

Les Français se déclarent satisfaits du traitement médiatique des attentats en janvier et en novembre. En effet, pour plus des trois-quarts des Français, les médias leur ont permis de bien comprendre ce qu’il s’était passé en janvier (75%) et en novembre (78%).

Invités à indiquer si les médias avaient trop parlé, pas assez ou comme il faut d’une liste de 21 événements, tous les items liés aux attentats : la marche républicaine, l’état d’urgence et le traitement des attentats eux-mêmes, ont été largement considérés comme ayant eu la bonne couverture médiatique. A titre de comparaison les Français ont déclaré qu’on en avait trop fait sur le scandale de la FIFA, la sextape de Valbuena et le score du FN aux régionales et pas assez sur la réforme du collège et les attentats au Kenya et à Beyrouth.

Petit bémol toutefois, presqu’un Français sur deux a trouvé que le traitement des attentats de janvier et de novembre par les médias a contribué à aggraver les tensions entre les différentes populations (49% pour janvier et 46% pour décembre).

Étude réalisée en face-à-face, du 7 au 11 janvier 2016, pour La Croix, auprès d'un échantillon national de 1061 personnes représentatif de l'ensemble de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d'agglomération.