04.02.2016
  |  Télécharger
 

En février, notre baromètre politique pour le Figaro Magazine montre, pour le couple exécutif, un retour aux niveaux de confiance enregistrés avant les attentats. Après une importante baisse le mois dernier, la confiance diminue encore fortement dans notre dernière enquête, François Hollande (15% de confiance, -8 points) et Manuel Valls (32%, -4 points) ne tirant pas de bénéfices à long terme de leur réaction ferme aux actes terroristes.

Une nouvelle forte diminution de la confiance à l'égard de François Hollande et de Manuel Valls

Le net rebond de la confiance à l’égard du couple exécutif après les attentats de novembre dernier est désormais complétement effacé. François Hollande, avec 15% de confiance (-8 points par rapport à janvier et -20 points par rapport à décembre), retrouve le niveau enregistré avant ces événements tragiques. La cote de confiance de Manuel Valls suit le même mouvement. Le Premier ministre perd 4 points par rapport au mois dernier et 11 points au total en deux mois ; aujourd’hui, 32% des Français déclarent lui faire confiance, la même proportion qu’avant les attentats. A l’instar du président de la République, le Premier ministre retrouve donc l’un de ses plus bas niveaux de confiance dans notre baromètre.

Pour François Hollande, le recul de la confiance est un peu plus important chez les sympathisants de gauche que parmi ceux de droite (33%, -11 points parmi les premiers et 5%, -5 points parmi les seconds). C’est également à gauche que le Premier ministre enregistre un recul de ses soutiens (47%, -7 points).

Un essoufflement des candidats à la primaire des Républicains ?

Alain Juppé reste en tête du classement de notre baromètre politique. Malgré une légère baisse ce mois-ci (43% des Français souhaitent lui voir jouer un rôle plus important à l’avenir, -2 points), il continue à creuser l’écart avec Nicolas Sarkozy, qui perd 4 points (21%). L’ancien président de la République recule particulièrement chez les sympathisants de LR ce mois-ci (51%, -13 points), Alain Juppé ayant dorénavant clairement l’avantage auprès de cette catégorie (64%). Autre candidat pour la primaire, François Fillon enregistre également une baisse (29%, -2 points), tandis que Bruno Le Maire reste stable (16%, inchangé). La longue course à l’investiture de la droite susciterait-elle déjà de la lassitude dans l’opinion ? 

Christiane Taubira en hausse à gauche après sa démission du gouvernement

Christiane Taubira progresse légèrement (24%, +3 points) dans notre enquête réalisée juste après l’annonce de sa démission du gouvernement, avec une hausse importante auprès des seuls sympathisants de gauche (45%, +9 points). Dans le palmarès de ces derniers, elle est désormais en pole position avec Martine Aubry (46%) et Ségolène Royal (45%).

La cote d’avenir d’Emmanuel Macron s’améliore en février, 34% des Français souhaitant qu’il joue un rôle plus important à l’avenir (+3 points). Ayant affiché son souhait d’une remise en cause des 35 heures lors du débat autour de la réforme du code du travail, le ministre de l’Économie enregistre une hausse auprès des sympathisants des Républicains (54%, +13 points). La cote d’avenir du ministre de l’Économie auprès des sympathisants de gauche n’est pas affectée et reste moindre qu’auprès de la droite (36%).

Étude TNS Sofres-OnePoint, réalisée du 28 janvier au 1er février 2016, pour Le Figaro Magazine, auprès d'un échantillon de 1 000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d'agglomération.