04.05.2016
  |  Télécharger
 

Réalisé au lendemain de l'annonce le mardi 26 avril  d'une amélioration historique des chiffres du chômage mais alors que la réforme du Code du Travail continue de mobiliser l'opinion, le baromètre que TNS Sofres-OnePoint réalisé tous les mois pour le Figaro magazine enregistre une légère baisse de la popularité de l'exécutif. En parallèle, Emmanuel Macron, qui lance son propre mouvement politique, En Marche, continue à progresser dans l'opinion.

En mai, la confiance dans le Président de la République et son Premier Ministre continue de légèrement diminuer

La confiance à l’égard de François Hollande marque à nouveau une légère dégradation (13% des Français déclarent lui faire confiance, -2 points par rapport au mois précédent), égalant les records d’impopularité du Président depuis le début de son quinquennat, enregistrés successivement en septembre puis en novembre 2014. Le phénomène est particulièrement accentué chez les 18-24 ans, (7% déclarent lui faire confiance, -5 points). La dégradation est également à noter parmi les sympathisants de gauche, qui attribuent au global un score de confiance en  baisse de quatre points à 27%.

La courbe de confiance de Manuel Valls enregistre une évolution similaire (26%, -1 point par rapport au mois précédent) avec un recul plus prononcé à gauche : le score de confiance attribué à Manuel Valls recule ce mois-ci (41% des sympathisants de gauche lui font confiance, -3 points), et ce particulièrement parmi les sympathisants du Front de gauche (26%, -9 points).

Alain Juppé creuse l’écart parmi les sympathisants Les Républicains

Alain Juppé est toujours la personnalité en tête du baromètre  avec  la cote d’avenir la plus élevée (38% des Français souhaitent lui voir jouer un rôle important à l’avenir, +1 point), 4 points devant Emmanuel Macron, et loin devant ses concurrents à la primaire de la droite et du centre.

Ces derniers enregistrent des scores relativement stables par rapport au mois précédent : François Fillon (à 27%) à un niveau inchangé, Bruno Le Maire (à 19%) perd un point, Nathalie Kosciusko-Morizet (à 18%) gagne un point. Seul Nicolas Sarkozy est en  baisse (20%, -4 points).

C’est auprès de son propre camp qu’Alain Juppé progresse le plus nettement (61% auprès des sympathisants Les Républicains, +6 points) alors que François Fillon (54%, +2 points) et Nathalie Kosciusko-Morizet (33%, -1 point), sont relativement stables. Nicolas Sarkozy continue de reculer dans l’électorat des Républicains (48%, -10 points), tout comme Bruno Le Maire (35%, -3 points).

Emmanuel Macron continue quant à lui sa marche en avant

Lorsqu’Emmanuel Macron entre au Gouvernement à la fin du mois d’Août 2014, sa cote d’avenir est à 18%. Depuis cette date avec une progression de seize points,  il est devenu la deuxième personnalité de notre baromètre et poursuit pas à pas sa progression, gagnant encore 4 points au mois de Mai à 34 % de cote d’avenir.

Le Ministre de l’Economie (34%, +4 points) progresse fortement ce mois-ci parmi les sympathisants de droite (43%, +9 points), reculant au contraire dans l’électorat de gauche (32%, -3 points). Désormais, les sympathisants de droite souhaitent davantage lui voir jouer un rôle important à l’avenir que les sympathisants de gauche.

Il marque ainsi l’écart avec les autres personnalités de gauche, en recul pour les principales d’entre elles au mois de Mai : Martine Aubry (24%, -6points), Ségolène Royal (22%, -6 points), Bernard Cazeneuve (22%, -4 points), Jean-Luc Mélenchon (22%, -4 points), Anne Hidalgo (20%, - 3 points) mais aussi Olivier Besancenot (20%, -7 points), en forte hausse le mois dernier.

Étude TNS Sofres-OnePoint réalisée du 26 au 30 avril 2016, pour Le Figaro Magazine, auprès d’un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.