03.03.2016
  |  Télécharger
 

Dans un contexte national marqué par de fortes critiques à l'égard du projet de loi du Gouvernement sur la réforme du droit du travail, le baromètre TNS Sofres-OnePoint de mars réalisé pour Le Figaro Magazine enregistre une baisse importante de la confiance accordée à la classe politique.

L'image du couple exécutif : stabilité pour le Président, baisse pour le Premier ministre

Si Tweet thisFrançois Hollande se maintient à son niveau de février avec 16% de confiance (+1 point par rapport à février, ce qui reste l'un de ses plus bas niveaux de confiance depuis le début de son mandat), Tweet thisManuel Valls atteint lui, avec 27% de confiance (soit -5 points par rapport à février et -16 points par rapport à décembre), son niveau de confiance le plus bas dans notre baromètre.

Le recul du niveau de confiance du Premier ministre s'observe principalement chez les jeunes (24%, -11), les CSP+ (21%, -12), les salariés du secteur privé et les chômeurs (respectivement 21%, -12 et 22%, -11), toutes catégories potentiellement touchées par le projet de loi sur la réforme du droit du travail. À noter que Manuel Valls voit sa confiance diminuer aussi bien à gauche (39%, -8) qu'à droite (17%, -8).

Parallèlement à ce recul de la confiance à l'égard du Premier ministre, trois ministres voient également leur cote d'avenir baisser de manière significative : Bernard Cazeneuve (21%, -6), Jean-Yves Le Drian (17%, -5) et Emmanuel Macron (30%, -4).

L'annonce de la candidature de Bruno Le Maire : une nouvelle étape pour la primaire de la droite et du centre

Après l’annonce de sa candidature aux primaires le 23 février, la cote d'avenir de Bruno Le Maire (21%) progresse de 5 points par rapport au mois dernier, particulièrement chez les sympathisants LR (43%, +11 points) ainsi que chez les personnes ne déclarant aucune préférence partisane (17%, +10). Bruno Le Maire, avec 21% de cote d’avenir, se rapproche donc de Nicolas Sarkozy (23%), qui gagne lui 2 points par rapport à février.

De son côté, Alain Juppé reste largement en tête (38%) mais recule ce mois-ci de 5 points.  Cette baisse s’observe aussi bien à droite (48%, -4) qu’à gauche (33%, -4).

Quant à François Fillon, il se maintient à 28% (-1 point par rapport à février).

Une image des partis en baisse

Dans ce climat difficile, les 3 principaux partis enregistrent une dégradation de leur image : le Parti Socialiste (25% d’opinion positive, -7 par rapport à décembre 2015 ; et 63% de négative +10), Les Républicains (24%, -3 de positive et 60%, +6 de négative) et le Front National (19%, -6 de positive et 71%, +8 de négative).

Étude TNS Sofres-OnePoint, réalisée du 25 au 29 février 2016, pour Le Figaro Magazine, auprès d'un échantillon de 1 000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d'agglomération.