24.06.2013
 

Les Français gardent confiance dans le progrès

En dépit d'un climat général morose, les Français gardent confiance dans le progrès. L'attente est forte d'une réconciliation entre les avancées scientifiques et techniques, qui incarnent le mieux aujourd'hui l'idée de progrès, et des évolutions économiques et sociétales qui suscitent de l'appréhension.  

Dans le cadre de l'Observatoire de la Confiance, structure de recherche, de réflexion et d'action créée en 2008, Le Groupe La Poste vient de confier à TNS Sofres une grande enquête sur les Français et le progrès.

Principaux enseignements de l'étude

Pour 86% des Français, « on n'arrête pas le progrès », et ce sont les avancées scientifiques et techniques qui incarnent le mieux à leurs yeux l'idée de progrès :

  • Spontanément, les Français associent le progrès à la technologie, la science et la médecine.
  • Certes, le risque de jouer aux apprentis sorciers n'est pas mésestimé : 64% des Français estiment qu'il « faut être prudent face au progrès scientifique et technique, car il comporte des risques que l'homme ne saura pas maîtriser ».
  • Mais l'idée que le progrès scientifique apporte à l'homme plus de bien que de mal est majoritaire : 48% la partagent, contre 41% qui estiment qu'il apporte autant de bien que de mal. Seule une faible minorité met en avant les « dégâts du progrès ».
  • Les scientifiques apparaissent de loin comme la catégorie d'acteurs en laquelle on a le plus confiance pour faire progresser la société (à 41%), devant les chefs d'entreprise (à 12%) et les médecins (à 9%). A noter le faible score des enseignants, cités par 4% seulement et celui des politiques (1% de mentions).
  • Les scientifiques figurent également dans le trio de tête des acteurs à qui l'on fait confiance pour aider à sortir de la crise.

Si le progrès scientifique et technique continue de susciter une confiance élevée, c'est d'abord parce que ses retombées sont manifestes pour améliorer le confort de vie, notamment dans les domaines de la recherche médicale et d'Internet, ainsi :

  • 88% des Français ont confiance dans la manière dont les choses vont évoluer en matière de recherche médicale, en dépit des débats publics sur la bioéthique. Et, 80% sont confiants sur les futurs apports d'Internet.
  • L'idée que dans 20 ans on vivra mieux qu'avant grâce aux nouvelles technologies prévaut pour 65% des Français (vs 45% en 2002), et 68% ont confiance dans Internet pour améliorer la vie quotidienne. 

Au-delà des bénéfices individuels qu'elles apportent, les avancées scientifiques sont également perçues comme pouvant contribuer à résoudre les problèmes qui se posent collectivement à notre société :

  • 22% seulement des Français ont confiance dans la capacité des hommes à préserver la planète... mais 56% ont confiance dans le progrès scientifique pour résoudre d'ici 20 ans les problèmes d'environnement qui se posent dans le monde.
  • De même, 34% seulement ont confiance dans la manière dont va évoluer l'économie... mais 89% pensent que la science et la technologie jouent un rôle important dans le développement industriel.

Si 3 Français sur 4 ont confiance dans le progrès, nous sommes loin toutefois de l'esprit positiviste du XIXe siècle, quand progrès scientifique et progrès social semblaient aller de pair. Un découplage s'est opéré, entre des avancées scientifiques porteuses d'espoir, et des évolutions économiques et sociétales envisagées avec pessimisme.

  • 67% des Français estiment que la vie de leurs enfants sera plus difficile que celle des enfants de la génération précédente.
  • Sur un plan sociétal, si un Français sur deux a confiance dans la façon dont vont évoluer les choses en matière d'égalité hommes / femmes et de développement des échanges entre les pays, un sur quatre seulement est confiant dans les progrès concernant la démocratie dans le monde, la sécurité des personnes, et les valeurs de solidarité, respect, tolérance. C'est une société beaucoup plus dure qui se dessine pour demain dans l'imaginaire collectif.
  • Au plan économique, un Français sur trois seulement est confiant dans le développement économique et l'avenir des conditions de travail, et à peine plus d'un sur 10 sur l'accès à l'emploi et la répartition des richesses.  En matière économique et sociale, le progrès ne semble pas partagé par tous...
  • Une population se démarque toutefois, par une meilleure confiance dans l'avenir de notre « vivre ensemble » : les personnes qui font partie d'une association.  L'engagement sur le terrain, dans une relation de proximité, apparait ainsi dans la France d'aujourd'hui comme le meilleur terreau pour la confiance.

Étude réalisée online du 9 au 16 avril 2013 pour le Groupe La Poste auprès d’un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, PCS du référent et région).