04.12.2014
  |  Télécharger
 

La dernière vague de notre baromètre politique TNS Sofres-Sopra pour le Figaro Magazine témoigne d'une légère décrispation des Français à l'égard du couple exécutif, même si les niveaux de confiance restent très bas concernant le Président. La vague précédente, réalisée début novembre dans un contexte très agité, avait été particulièrement mauvaise alors que l'actualité de ces dernières semaines a davantage épargné le Président et le Premier ministre.

Une confiance à l'égard de l'exécutif qui progresse légèrement mais reste à un niveau très bas

Début décembre, 15% des Français font confiance à François Hollande (en légère progression de 2 points par rapport au mois dernier) contre 83% qui ne lui font pas confiance (dont 58% qui n'ont pas du tout confiance en lui). C'est principalement auprès des sympathisants du Front de Gauche que le Président progresse ce mois-ci après avoir beaucoup reculé auprès d'eux.

La progression est plus nette encore pour Manuel Valls : 34% des Français font confiance au Premier ministre (+4 pts) soit son meilleur niveau depuis l'été. Là aussi c'est principalement chez les sympathisants du Front de gauche, mais aussi d'Europe-Ecologie Les Verts, que le Premier ministre progresse le plus.

Nicolas Sarkozy creuse l'écart avec Alain Juppé auprès des sympathisants UMP

Ce climat légèrement moins négatif profite également aux autres personnalités politiques, notamment celles de droite, après l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP (qui s'est déroulée en même temps que notre baromètre).

L'ancien président de la République, nouvellement élu à la tête de l'UMP, progresse de 2 points : 31% des Français souhaitent lui voir jouer un rôle à l'avenir. Sa cote d'avenir augmente même de 6 points auprès des sympathisants UMP dont il est la personnalité préférée, creusant l'écart avec Alain Juppé dans cette famille politique. Ce dernier renforce toutefois sa première place de notre classement auprès des Français (42% souhaitent lui voir jouer un rôle à l'avenir, +2 pts) même s'il recule auprès des sympathisants UMP (-5 pts à 60%).

Bruno Le Maire, qui a créé la surprise lors de l'élection à la présidence de l'UMP, enregistre une forte progression : +8 points à 23%, une progression plus nette encore chez les sympathisants de gauche (+10 points à 22%) que ceux de droite (+6 à 29%). Notons également la progression de François Baroin (+5 points à 22%), élu président de l'Association des Maires de France fin novembre.

Alors que la plupart des personnalités voient leur cote d'avenir progresser, le recul de François Fillon est particulièrement notable : 24% des Français souhaitent lui voir jouer un rôle à l'avenir, en recul de 4 points, conséquence probable de  « l'affaire Jouyet » - et de l'intention qui lui a été prêtée d'avoir demandé à l'Elysée de faire accélérer les poursuites judiciaires à l'encontre de Nicolas Sarkozy.

Chez les personnalités de gauche, ce sont surtout les femmes politiques qui tirent leur épingle du jeu.

Avec 32% des Français qui souhaitent leur voir jouer un rôle à l'avenir, Martine Aubry (+2 pts) et Ségolène Royal (+4 pts) occupent la deuxième place ex aequo de notre classement des personnalités. Najat Vallaud-Belkacem (28%, +3 pts), Anne Hidalgo (25%, +2 pts) et Christiane Taubira (25%, +3 points) progressent également et précèdent les hommes politiques de gauche présents dans notre classement.

L'opinion à l'égard des partis s'améliore légèrement

L'image des différents partis politiques s'améliore légèrement après une forte dégradation enregistrée en septembre dernier, dans un contexte extrêmement dégradée pour l'ensemble des forces politiques. Cette relative embellie profite particulièrement à Europe-Ecologie Les Verts (37% des Français ont une bonne opinion de ce parti, +7 points) et dans une moindre mesure au Parti socialiste (+4 à 27%). L'UMP (29%, +2 pts) et le Front national (24%, +3 pts) voient également leur image s'améliorer très légèrement.

Plus largement, les Français restent toujours extrêmement pessimistes quant à l'avenir : seulement 5% d'entre eux pensent que les choses vont en s'améliorant en France (+2 pts après le niveau record enregistré en septembre dernier), contre 84% (-1 pt) qui pensent que les choses ont tendance à aller plus mal.

Étude TNS Sofres/Sopra réalisée du 27 novembre au 1er décembre 2014, pour Le Figaro Magazine, auprès d'un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d'agglomération.