03.07.2014
  |  Télécharger
 

Les résultats de la dernière vague de notre baromètre TNS Sofres-Sopra pour le Figaro Magazine témoignent d'une très légère décrispation après une précédente édition fin mai qui avait été sévère à la fois pour le Gouvernement – au lendemain de la lourde défaite socialiste aux élections européennes – et pour l’opposition de droite – en pleine affaire Bygmalion.

Une légère amélioration de la confiance à l’égard de l’exécutif

La cote de confiance du président de la République progresse en effet de 2 points par rapport au mois dernier mais reste à un niveau extrêmement faible : 18% seulement des Français lui font confiance pour résoudre les problèmes qui se posent en France actuellement. C’est particulièrement à la gauche du PS, auprès des sympathisants du Front de Gauche, que le Président progresse (de 17% à 26%).

Le Premier ministre voit également sa cote de confiance progresser de 2 points mais à un niveau bien plus élevé puisque 44% des Français lui font confiance (contre 50% qui ne lui font pas confiance). Si l’image de Manuel Valls est majoritairement positive chez les sympathisants de gauche (61%) et majoritairement négative chez ceux de droite (57%), c’est auprès de ces derniers que le Premier ministre progresse particulièrement ce mois-ci. Sa fermeté à l’égard des mouvements sociaux qui ont agité le mois de juin (intermittents du spectacle, grève des cheminots contre la réforme de la SNCF) semble lui avoir été favorable auprès de cette partie de l’électorat (39% des sympathisants de droite lui font confiance, +5).

Si le chef de l’Etat et le chef du Gouvernement bénéficient tous deux d’une très relative décrispation des Français à leur égard, ils sont chacun dans des dynamiques de confiance très différentes. François Hollande a largement déçu, y compris auprès de son électorat, les espoirs qui s’étaient portés sur lui en 2012, tandis que Manuel Valls continue, après 3 mois à Matignon, de bénéficier d’une assise assez large – notamment à droite et au centre.

A gauche, Arnaud Montebourg et Marisol Touraine progressent tandis qu’Alain Juppé conserve la tête de notre classement

Cette légère décrispation de l’opinion avant l’été profite également à la plupart des personnalités testées dans notre baromètre : pour beaucoup il s’agit d’ailleurs d’un rattrapage après des baisses sensibles le mois dernier.

Notons toutefois à gauche une progression assez nette d’Arnaud Montebourg (+3 à 26%) qui paraît profiter de son action et de sa visibilité autour de la reprise d’Alstom. Marisol Touraine voit également sa cote d’avenir progresser de 4 points à 18%, après le dévoilement de sa réforme de santé et notamment de la dispense du tiers payant.

A droite, la stabilité prévaut : Alain Juppé conserve la tête de notre classement (39% des Français souhaitent lui voir jouer un rôle à l’avenir) suivi par Nicolas Sarkozy (34%, +1, mais l’enquête a été réalisée avant sa mise en examen le 2 juillet) et François Fillon (32%, =). La succession de l’UMP reste donc de ce point de vue encore très largement ouverte.

Étude TNS Sofres / Sopra réalisée du 26 au 30 juin 2014, pour Le Figaro Magazine, auprès d’un échantillon de 1 000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.