01.10.2020
  |  Télécharger
 

UN NIVEAU DE CONFIANCE A L’EGARD DE L’EXECUTIF QUI SE DEGRADE DANS UN CONTEXTE D’AGGRAVATION DE LA SITUATION EPIDEMIQUE

La dernière vague du baromètre Kantar-onepoint pour le Figaro Magazine, réalisée du 24 au 28 septembre 2020, intervient au lendemain de l’annonce de nouvelles mesures de restrictions de la part du Gouvernement suite à l’aggravation de la situation épidémique de la Covid 19.

L’accalmie dans l’opinion observée au moment de la rentrée aura été de courte durée. Le contexte de gestion de crise pèse en effet lourdement sur les niveaux de confiance à l’égard du Gouvernement et de la classe politique dans son ensemble qui se dégradent.

UN NIVEAU DE CONFIANCE DANS LE COUPLE EXECUTIF QUI SE DEGRADE

Alors qu’elle était en progression constante depuis le début de la crise sanitaire, la cote de confiance d’Emmanuel Macron affiche ce mois-ci un retrait marqué s’établissant à 29% (-6 points par rapport à septembre).

Ce niveau de confiance reste supérieur à celui de ses deux prédécesseurs à la même période bien que la cote du président se rapproche de celle de Nicolas Sarkozy qui était alors de 26% (François Hollande étant quant à lui à 16%).

Ce retrait s’observe de manière transversale et notamment auprès de publics qui lui sont pourtant plus favorables. Il est ainsi particulièrement notable chez les plus âgés qu’il s’agisse des 50-64 ans (-6 points, à 31%) ou des 65 ans et plus (-11, à 32%). On le constate également chez les cadres et professions intellectuelles qui sont désormais minoritaires (41%) à accorder leur confiance à Emmanuel Macron (-10 points). Enfin, la défiance se renforce aussi auprès des sympathisants de La République En Marche (à 84%, -8 points).

Du côté de Matignon, le Premier ministre ne semble pas avoir réussi à convaincre les Français deux mois après son entrée en fonction. Jean Castex voit sa cote de confiance diminuer de 5 points à 28% tandis que la part des individus déclarant ne pas lui faire confiance progresse pour atteindre 55% (+9 points).

Dans le détail, les plus fortes baisses enregistrées s’observent chez les employés (-14 points à 19%) ainsi que chez les personnes âgées de plus de 65 ans (-13 points à 32%). Les sympathisants de droite témoignent aussi, ce mois-ci, d’une défiance marquée à l’égard du Premier ministre puisqu’on observe un retrait de 11 points (à 28%) se fondant notamment sur une forte baisse auprès des partisans du Rassemblement National (-17 points à 13%).

L’EMBELLIE POST-TREVE ESTIVALE AURA ETE DE COURTE DUREE :  DES COTES D’AVENIR QUI  BAISSENT POUR L’ENSEMBLE DE LA CLASSE POLITIQUE

En ce mois d’octobre, les Français interrogés témoignent d’une baisse de confiance généralisée envers la classe politique : aucune personnalité politique testée n’est en hausse ce mois-ci.

Les membres du Gouvernement affichent les retraits les plus marqués avec en tête, et une baisse de 6 points, Jean-Michel Blanquer (à 16%) dont les dispositions prises pour la rentrée scolaire font débat dans ce contexte de crise sanitaire. Nouveaux membres du Gouvernement Castex, Roselyne Bachelot et Eric Dupond-Moretti peinent à convaincre puisqu’ils affichent respectivement des retraits de 6 points (à 32%) et de 4 points (à 21%). Le nouveau ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, qui avait progressé de 7 points le mois dernier, et en première ligne suite à l’attaque terroriste devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, est lui aussi en retrait atteignant 14% (-4 points). Enfin, en réponse aux nouvelles mesures sanitaires mise en place, le Ministre de la Santé Olivier Véran voit lui aussi sa cote de confiance baisser de 5 points pour atteindre les 20%.

François Bayrou, Haut-commissaire au plan depuis la rentrée, souffre-lui aussi d’une baisse notable perdant 4 points pour atteindre les 18% de cote d’avenir.

Dans ce contexte général de défiance, l’ancien Premier ministre Edouard Phillipe reste stable à 40% (-1 point) ce qui lui permet de conserver sa seconde place et de diminuer l’écart avec Nicolat Hulot qui perd ce mois-ci 4 points atteignant 43%. Edouard Phillipe parvient ainsi à rester la personnalité préférée des partisans de La République En Marche malgré une forte baisse auprès de ces derniers (65%, -13 points), des Républicains (63%, +2 points) et des individus sans préférence partisane (33%, +2 points) réussissant ainsi à dépasser les clivages politiques. L’ancien Premier ministre réussit en effet le tour de force d’être également la troisième personnalité politique préférée des sympathisants du PS et d’EELV.

Voir l'ensemble des résultats ci-dessous :

Enquête réalisée du 24 au 28 septembre 2020, auprès d’un échantillon national de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile par le réseau des enquêteurs de Kantar. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.