16.10.2013
 

Plus respectueuses du code de la route, au volant les Françaises sont pourtant loin d'être parfaites 

Prescriptrices de bons réflexes, leur attitude diffère de celle des hommes : elles sont particulièrement concernées par les risques liés à l'alcool, la vitesse ou la fatigue. Mais attention, au volant les Françaises sont loin d'être parfaites et commettent de nombreuses infractions.

Alcool, vitesse, et fatigue : des risques qui préoccupent tout particulièrement les conductrices

Les Françaises sont très concernées par les dangers liés à l'alcool au volant
Conduire après avoir bu plus de 2 verres d'alcool, est jugé dangereux par 80% des femmes interrogées (une opinion partagée par 74% des hommes).
Dans les faits, la différence hommes/ femmes est très marquée : 18% des conductrices prennent le volant après avoir bu plus de 2 verres de boisson alcoolisée (34% des hommes prennent ce risque).
Seules 2% des conductrices prennent le volant après avoir bu 4 ou 5 verres d'alcool (ce que font 7% des hommes).
D'ailleurs, la sensibilisation aux effets de l'alcool sur la conduite s'impose comme le domaine de prévention routière qu'elles jugent prioritaire : 52% de femmes émettent cette opinion (42% d'hommes).

Les femmes sont plus sensibilisées aux effets de la fatigue
Elles sont 43% à reconnaître prendre le volant ou continuer de conduire alors qu'elles se sentent fatiguées (51% des hommes prennent ce risque).
Conduire pendant 4 ou 5 heures d'affilée constitue un danger que prennent 27% des femmes (et 42% des hommes). De même, si 49% des femmes déclarent conduire de nuit, entre 22 heures et 5 heures du matin, pour un long trajet, c'est beaucoup moins que les hommes qui sont 64% à reconnaître cette pratique.

En ville ou sur route, les femmes sont plus respectueuses des limitations de vitesse
42% des conductrices roulent à 65 km/h en ville, c'est le cas pour 49% des hommes.Les plus respectueuses des limitations de vitesse sont les femmes de 50 à 64 ans, puisque seules 29% d'entre elles roulent trop vite. A l'inverse, les femmes de 25 à 34 ans sont nombreuses à ne pas respecter les limitations de vitesse : elles sont 58% à rouler à plus de 65 km/h. C'est autant que les hommes de la même catégorie d'âge qui sont 60% à le faire.
La différence est tout aussi marquée sur autoroute : seules 15% des conductrices roulent à 160-170 km/h, une infraction pratiquée par 23% des hommes.
Du côté des femmes, les conductrices âgées de plus de 65 ans sont les plus respectueuses, avec seulement 4% d'infractionnistes.
Le sentiment d'insécurité sur les routes est plus élevé chez les femmes, et ce quel que soit leur âge. En effet, 41% des conductrices déclarent s'y sentir en insécurité. Ce sentiment est partagé par seulement 28% des hommes.

Les femmes sont prescriptrices de bons comportements
Si la très grande majorité des conducteurs se reconnaît un rôle de prescription vis-à-vis de son entourage, la tendance est plutôt féminine (88% de femmes – 82% d'hommes). D'ailleurs, 50% des femmes (et 44% des hommes) déclarent encourager leurs proches, que ce soit par leur propre exemple ou lors de discussions, à éviter de prendre des risques sur la route.
Les Françaises ont une perception des comportements dangereux assez proche de celle des hommes, excepté sur les risques majeurs liés à l'alcool, la vitesse ou la fatigue, laissant apparaître qu'elles respectent davantage le code de la route.

... Mais les conductrices sont loin d'être parfaites pour autant

En effet, il ne s'agit pas de dresser un constat idyllique puisque certains comportements à risques sont surtout pratiqués par des femmes.

Ainsi, les conductrices sont encore plus nombreuses que les hommes à ne pas s'arrêter au feu orange. Cette infraction est commise par 77% des femmes interrogées (et 75% des hommes).

De même, elles relativisent le fait de slalomer pour changer de file fréquemment : 76% des conductrices pointent ce danger, désigné par 82% d'hommes.

Les Françaises sont plus accros aux SMS
Mauvais point pour les conductrices : elles se révèlent beaucoup plus nombreuses que les hommes à consulter ou envoyer un SMS au volant (21% de femmes / 15% d'hommes).

Une attitude paradoxale, puisqu'elles pointent, encore plus que les hommes, les dangers liés à la consultation ou à l'envoi de SMS (94% de femmes / 88% d'hommes).

... Mais elles téléphonent moins que les hommes au volant
Les femmes et les hommes sont tout aussi conscients du danger représenté par l'utilisation du téléphone au volant (77% des femmes et 76% des hommes), mais dans les faits les conductrices téléphonent moins que les hommes (que ce soit avec ou sans kit main-libres). Cette pratique concerne 35% de femmes et 39% d'hommes.

Au final, les Françaises conduisent autant que les hommes... et elles ont moins d'accidents

Le kilométrage annuel des utilisatrices principales d'une voiture (11 200 km) est quasiment le même que celui des hommes (12 500 km) (Source TNS Sofres, Parc Auto 2012).

61% des femmes interrogées sont convaincues de causer moins d'accidents que les hommes. Un avis partagé par 40% d'entre eux.

C'est une réalité : Les femmes ont moins d'accidents, mortels ou non, que les hommes : 24% des tués sur les routes sont des femmes - 76% des tués sur les routes sont des hommes.

Les femmes ne représentent que 18% des conducteurs à l'origine d'accidents mortels et seulement 26% des conducteurs responsables d'accidents corporels non-mortels (Source ONISR).

Étude réalisée par téléphone du 21 janvier au 2 février 2013 pour AXA Prévention auprès d'un échantillon national représentatif de 1065 personnes.