19.07.2018
 
A l'heure où le Ministère des Transports vient de dévoiler son plan mobilité notamment en faveur des mobilités propres, la voiture essence ou diesel est, cette année encore, plébiscitée par les Français selon les enseignements de notre nouvelle étude barométrique annuelle Aramisauto « Les Français et l'automobile. » La hausse du prix du carburant, les restrictions de circulation dans certaines grandes villes, les enjeux écologiques... rien ne les fait renoncer à leur voiture, tout simplement parce que les Français en ont besoin au quotidien et qu'il n'existe pas encore suffisamment à leurs yeux d'alternative accessible et fiable aujourd'hui !
 
Faute d'alternative facile et fiable, 6 Français sur 10 déclarent continuer à utiliser leur voiture
 
La voiture est utilisée notamment pour se rendre au travail (57%) et pour 62% des Français, ce choix est fait parce qu'ils n'ont pas d'autres solutions. L'alternative de mobilité la plus considérée reste les transports en commun, le vélo et la marche pour les trajets courts.
 
Même si 32% des Français considèrent que la règlementation va dans le bon sens, ils déclarent malgré tout que les autres offres de mobilité ne sont pas satisfaisantes.
 
Selon l'étude, 42% des automobilistes de l'agglomération parisienne considèrent ne pas avoir d'alternatives de mobilité, dont 27% pour Paris et la petite couronne.
 
Des alternatives de mobilité non utilisées car jugées peu flexibles pour 41% des automobilistes
 
Ce constat est encore plus important dans les petites villes de 2000 à 20 000 habitants (54%).
 
La durée du temps de trajet est également un frein aux alternatives de mobilité pour 37% des Français, particulièrement pour les habitants de villes de plus de 100 000 habitants (43%).
 
La voiture reste une nécessité : près de 9 Français sur 10 utilisent leur voiture au moins une fois par semaine (88%), et la majorité tous les jours (60%)
 
Sans surprise, elle reste quotidiennement indispensable particulièrement en zone rurale pour 70% des automobilistes et pour 50% dans l'agglomération parisienne.
 
La voiture reste une nécessité pour 68% des Français et elle le restera pour 77% des automobilistes.
 
Les controverses sur le diesel ont un impact sur près de 4 possesseurs de diesel sur 10
 
Parmi les 56% des Français qui possèdent un diesel, la crainte principale à l'égard de l'évolution du diesel porte sur l'augmentation du prix à la pompe (64%). C'est ensuite une politique de taxation trop importante qui fait peur à près de la moitié des possesseurs diesel (46%). Vient ensuite le fait de ne plus pouvoir continuer à rouler en ville pour 33% d'entre eux. Toujours parmi les possesseurs diesel, 25% craignent une trop forte décote du véhicule, plus particulièrement les automobilistes situés dans les villes de plus de 100 000 habitants (40%).
 
Des automobilistes désorientés : 2/3 des Français hésitent entre différentes motorisations
 
L'évolution des règlementations désoriente la majorité des Français (66%) dans leur choix de motorisation.
 
Parmi eux, 46% déclarent que ce doute provient de l'incertitude des règlementations : restriction de la circulation des voitures diesel ou essence, le niveau du malus, la hausse des prix à la pompe.
 
De manière plus globale, ce sont 55% des automobilistes qui ont l'impression de subir les évolutions législatives.
 
Même si le gouvernement a promis l'installation de 100 000 bornes électriques en 2022, 65% des automobilistes n'envisagent pas encore le choix d'une motorisation électrique.
 
Plus de 3/4 des possesseurs de diesel ne changeront rien
 
Lorsque l'on interroge les 56% d'automobilistes qui possèdent un véhicule diesel, 50% déclarent qu'ils ne changeront rien et 27% pensent garder le véhicule le plus longtemps possible.
 
Parmi les 46% d'intentionnistes diesel, 44% sont prêts à payer plus cher pour obtenir ce type de motorisation, dont 14% prêts à payer 2 000 euros supplémentaire par rapport à une voiture essence équivalente.
 
Seuls 12% des automobilistes cherchent à revendre et à remplacer leur véhicule diesel plus vite qu'envisagé initialement, et la part monte à 17% pour ceux qui vivent dans des villes de plus de 100.000 habitants.
 
Près de la moitié des Français sont encore prêts à acheter une motorisation diesel
 
Même si 76% des Français considèrent le diesel comme la motorisation la plus polluante et reconnaissent les vertus environnementales d'un véhicule hybride ou électrique, ils sont encore nombreux à envisager l'achat d'un diesel.
 
En effet, parmi les Français qui souhaitent acheter une voiture, 46% considèrent une motorisation diesel, et ce chiffre s'élève à 58% pour ceux qui veulent acquérir un véhicule d'occasion. L'intention d'achat d'une voiture diesel est plus forte chez certains Français : les ruraux (61%) et les 18-24 ans (59%).
 
Un choix certainement contraint puisque le principal critère d'achat reste le prix pour 67% des acquéreurs de véhicules neufs et 75% pour les acheteurs de voitures d'occasion.
 

Étude online réalisée du 6 au 11 avril 2018, pour AramisAuto.com, auprès d'un échantillon de 1003 personnes dont la représentativité est assurée par la méthode des quotas (Sexe, âge, PCS du chef de famille, région UDA 5), après stratification région x habitat. La taille de l’échantillon permet une lecture des résultats par sous-cibles : Possesseurs VN vs. possesseurs VO, Profil socio-demo. Périmètre géographique: France.