27.04.2006
  |  Télécharger
 

Une fois encore, les Françaises battent le record en termes de naissance. En 2005, elles ont en effet eu 807 400 enfants, soit presque autant qu'en 2000. Mais à quelques mois, jours ou heures de la naissance, comment appréhendent-elles cet événement ? En ont-elles peur ? Notre étude réalisée pour le magazine Parents révèle qu'un sentiment d'inquiétude gagne les futures mamans à l'approche de l'accouchement. Ainsi, 50% des mères expliquent avoir eu peur lors de leur premier l'accouchement. Pourtant, 59% affirment - après coup - que les craintes n'étaient pas justifiées. Partagées entre la peur de la douleur, la durée de l'intervention et les antécédents familiaux. ces futures mamans semblent cependant trouver de la réassurance auprès du personnel médical, la presse parentale et leur conjoint.

La peur liée à la souffrance ou aux complications médicales lors de l'accouchement reste prégnante

Même si 58% des futures mères choisissent la péridurale, la moitié d'entre elles éprouvent, tout de même, des craintes quant au déroulement de l'accouchement. Selon elles, la perspective de la péridurale n'influence donc pas leur appréhension.

L'angoisse provient, avant tout, de questions d'ordre médical (81%). Et plus particulièrement de deux craintes majeures que sont : la souffrance lors de l'accouchement (62%) et la survenue d'un problème médical mettant en danger leur vie ou celle du bébé (36%). La durée de l'accouchement ou son caractère prématuré restent des craintes modérées et évoquées seulement à hauteur de 23%. Les problèmes logistiques (savoir quand partir, absence du conjoint, ne pas arriver à temps.) sont peu cités (14%).

L'entourage alimente la peur de l'accouchement

Etonnamment, l'entourage inquiète plus qu'il ne rassure. Pour la moitié des mères ayant eu peur, l'entourage (le récit des copines, des femmes de son entourage) a été source d'angoisse. Même si, un tiers d'entre elles (34%) affirme que cela les a tranquillisées.

Les antécédents familiaux sont cités par 26% des femmes enceintes comme étant à l'origine de l'appréhension de l'accouchement.

Une fois l'accouchement passé, 59% des mères concèdent que l'épreuve ne confirme pas les craintes. 73% des mères multipares* ayant eu peur lors du premier accouchement déclarent avoir eu moins peur lors des suivants. A l'inverse, un peu plus de 40% d'entre elles ne sont toujours pas rassurées après avoir accouché.

La présence humaine rassure

D'autres moyens d'information réconfortent avant la naissance. Les cours de préparation et le gynécologue calment les peurs pour respectivement 92% et 76% des futures mamans. La presse parentale et les médias sont également mentionnés comme riches en enseignements par 56% des mères. Au cours de l'intervention, la présence humaine rassure. Le conjoint,d'abord,avec 42% des citations, le médecin et la sage femme, ensuite, selon 32% de femmes enceintes. Et enfin l'équipement médical (monitoring, perfusion, péridurale) avec 20% des réponses.

* multipare : se dit d'une femme qui a enfanté plusieurs fois (primipare : une seule mise au monde).

Étude réalisée pour le magazine Parents entre le 19 et le 30 décembre 2005, en face à face, auprès d'un échantillon national représentatif de 1000 mères de bébés âgés de 0 à 24 mois.