06.10.2015
  |  Télécharger
 

Le bureau comme lieu d'épanouissement 

89% des salariés s'y sentent bien 

La tendance se confirme : 89% des salariés déclarent se sentir bien au sein de leur espace de travail. Un sentiment d'optimisme résolument ancré chez les salariés français (+5 points par rapport à l'édition de 2013). Les trois quart déclarent que l’ambiance au bureau entre collègues « est bonne, on s'y sent bien ». Au-delà du sentiment de bien-être qu’il génère, le bureau s’impose comme un véritable espace qui crée du lien et autorise l’épanouissement et la réalisation de soi. Une plénitude qui laisse libre court à l’expression des idées puisque 7 salariés sur 10 se sentent valorisés lorsqu’ils proposent une idée qu’ils ont eue dans le cadre de leur travail (contre 26% ayant l’impression de déranger).

Pause-café, éclats de rire et fêtes au bureau... jamais sans mes collègues !

Plus que jamais le bureau devient un espace de socialisation. Si le cérémonial des salutations se perpétue le matin (92%) comme le soir (80%), la pause-café demeure le rituel privilégié pour échanger entre collègues. 72% des salariés disent prendre le café avec leurs collègues le matin et 57% les écouter ou raconter leur soirée de la veille. Le café du matin reste le moment de partage préféré (43% le citent en premier) devant la pause déjeuner (21%).

L’ambiance au bureau est d’ailleurs bien plus aux éclats de rire (73%, vs 68% en 2013) qu’à la grimace (27%). Un engouement pour l’échange et les blagues entre collègues qui manqueraient à 62% des salariés s’ils devaient se mettre au télétravail ! 

À ce titre, lorsqu’on lui demande quel genre de collègue il est, près d’un salarié sur trois se voit comme le « rigolo » de service (29%). 31% se voient comme un collègue « détendu » alors que 42% se définissent en « discret » ou encore 13% en « râleur ». 

Mais ces collègues peuvent aussi devenir un cauchemar, le pire voisin étant celui que l’on entend se plaindre toute la journée (pire cauchemar pour 30%) ou… qui sent mauvais (30% également).

Le rapport que les salariés entretiennent avec les fêtes de bureau confirme cette année l’importance du bureau comme espace de convivialité entre collègues ; 87% des salariés sont  concernés par ces évènements. Parmi les plus pratiqués :

  • Le pot de départ (66%), le repas de Noël (50%), la galette des rois (50%).
  • Si les fêtes d’entreprise et plus encore, les pots liés à un succès de l’entreprise restent plus marginaux (24% et 17% des salariés se sentent concernés), certains événements sont pourtant plébiscités par une majorité : 59% disent « adorer et être sûrs de passer un bon moment » à l’occasion de pots liés à des événements personnels et 55% à l’occasion de pots liés à un succès de l’entreprise ; seuls 6% se sentent obligés de s’y rendre.

Le bureau bulle : personnaliser son espace pour s’y sentir bien

4 salariés sur 10 ont fait de leur bureau un espace personnalisé qui leur ressemble : une proportion en hausse par rapport à l’étude de 2013 (39% vs 32%). Le mug (34%), les photos personnelles (19%) et les plantes vertes (15%) demeurent les éléments de personnalisation favoris.

Faire de son espace de bureau un lieu confortable et « cosy » est aussi une priorité. Pour 6 salariés sur 10, cet espace est avant tout au calme et dispose d’un bon fauteuil. Près de deux tiers utilisent une astuce pour s’y sentir bien : bouilloire pour faire du thé ou du café (25%), un ventilateur (25%) et un plaid pour avoir chaud (21%).

Lorsque le digital réinvente les codes du bureau

Nouvelles tendances : des Français multitâches qui jonglent entre vie professionnelle et vie personnelle

Si 87% des salariés sont bons élèves en disant « participer activement » aux réunions, ce n’est pas sans multiplier les activités en parallèle. La part de ceux qui ont l’impression d’y perdre leur temps reste très majoritaire mais chute par rapport à 2013 (74% vs. 80%), et pour cause :

  • 42% préparent déjà la réunion suivante (vs. 31% en 2013)
  • 40% consultent leurs mails alors qu’ils n’étaient que 29% en 2013 à le faire
  • 46% répondent parfois à un SMS, 32% à un appel perso (respectivement 60% et 44% chez les cadres)

Le téléphone portable sert d’interface entre les sphères privée et professionnelle. Il est aujourd’hui l’objet le plus fréquemment à portée de main dans l’espace de travail (39%), devant les classiques calendriers (38%) ou accessoires de bureau type pot à crayons, trombones et classeurs (33%).

…Corroborées par l’usage des réseaux sociaux au bureau

Plus de 4 salariés sur 10 utilisent au moins un réseau social au bureau (43%), une proportion qui s’élève même à 52% chez les cadres, et 58% chez les moins de 35 ans. Facebook étant en tête d’affiche, avec 36% d’utilisateurs. Ces utilisateurs passent en moyenne 1H par semaine à leur bureau sur les réseaux sociaux.

La logique d’ajout ou de refus des demandes de contact dépeinte par les salariés montre que la frontière est pour le moins floue entre réseaux sociaux « amicaux » et professionnels. Les collègues, anciens ou actuels, sont ajoutés dans les mêmes proportions que ce soit sur Facebook (69% disent accepter les actuels, 65% les anciens) ou sur LinkedIn ou Viadéo (respectivement 67% et 66%). La relation hiérarchique ou client/prestataire reste toutefois encore un frein à l’ajout sur Facebook : seul 30% y acceptent en « ami » ses chefs, 20% ses clients et 18% ses prestataires.

Étude online réalisée du 9 au 15 juin 2015 pour Bruneau, auprès d'un échantillon de 602 salariés travaillant en bureau, âgés de 18 à 60 ans, issus d'un échantillon représentatif des salariés actifs occupés en France. Représentativité assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, PCS de la personne interviewée, région).